0 2 minutes 2 ans

En dépit d’une certaine accalmie observée dans certaines entités depuis la signature le 15 juin dernier, de l’acte d’engagement unilatéral de cessation des hostilités par le groupe armé CODECO/URDPC., la situation humanitaire reste préoccupante dans la province de l’Ituri.

Le rapport hebdomadaire de la Coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) à Bunia (Ituri) publié cette semaine révèle que plus de quatre mille personnes sont arrivées à Ndawe, Gengere et Mugumu dans le territoire de Mahagi ces deux dernières semaines, fuyant les atrocités de la CODECO.

Il s’agit de personnes qui avaient déjà quitté leurs milieux en avril et juin derniers à la suite des attaques armées dans le village Galima dans le territoire de Djugu.

Ces déplacés vivent à ce jour sans assistance, affirme OCHA.

En revanche, dans le sud du territoire d’Irumu, la coordination des affaires humanitaires note avec satisfaction le retour d’environ 21 400 personnes dans les localités de Bamande et Bandiboli.

Ce retour fait suite à la relative accalmie observée depuis mai dernier, dans cette région, mais aussi grâce à la forte sensibilisation des autorités locales et à cause des conditions précaires dans les milieux d’accueil.

Plus de deux mille personnes se sont déplacées vers Biakato-Centre dans le territoire de Mambasa, à la suite de l’attaque des rebelles des ADF, le 26 juin dernier dans la localité de Mboki.

Pour conclure, OCHA indique enfin que la communauté des humanitaires se mobilise activement pour une réponse urgente à ces personnes vulnérables dans la région.

Picard LUHAVO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *