0 3 minutes 12 mois

Réagissant sur l’affaire Bukanga Lonzo dont il risque d’être poursuivi à nouveau, l’opposant Matata Ponyo Mapon, a dans une publication sur Twitter appelé Bahati Lukwebo, président du Sénat à ne pas œuvrer dans le sens de plaire au régime en place et à favoriser la tricherie.

Dans sa publication, l’ancien congolais premier ministre sous régime Kabila a invité Bahati à éviter toute forme de tricherie en Droit constitutionnel, tout en s’appuyant sur une intervention d’Évariste Boshab sur la leçon du droit, avec une vidéo d’illustration.

 »Le Pdt Bahati du Senat, dans ses manœuvres de tricherie et de contournement de la Constitution en faveur de son candidat Président, peut-il se rappeler de cette leçon de droit lui faite en plénière par le Professeur en Droit constitutionnel, l’honorable Boshab ! On ne triche pas en droit », à twitté Matata Ponyo.

Dans cette vidéo d’illustration, on peut voir Boshab lors d’une séance plénière à la chambre haute du parlement, clamer la liberté de Matata étant donné que la Cour avait déjà tranché l’affaire.

 »Le collègue Matata pose problème de la protection. Il s’agit ici de l’article 168 de la constitution qui stipule que les arrêts de la Cour ne sont susceptibles d’aucun recours. Elles sont immédiatement exécutoires. Et un arrêt de la Cour a été rendu restituant toute sa liberté. Et aujourd’hui on ne ccompend pas pourquoi le Procureur peut erriger une barrière en ce qui concerne sa liberté de mouvement… la récupération de ses immunités est automatique à partir du moment où un arrêt de la Cour a été rendu lui restituant sa liberté », déclaré le sénateur Boshab dans cette vidéo en plein séance plénière.

Pour rappel, le Procureur général près la Cour Constitutionnelle a de nouveau saisi le Sénat pour obtenir l’autorisation de poursuivre de l’ancien Premier ministre, Matata Ponyo Mapon, au sujet de l’affaire Bukanga Lonzo. Un réquisitoire qui intervient après la fermeture de la session de mars et qui va à l’encontre du règlement d’ordre intérieur de la Chambre haute du Parlement, rappelle un groupe de sénateurs.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *