La RDC a eu droit à une session spéciale, le jeudi 15 juin 2023, lors de la deuxième journée de la 18ème édition du conclave de la confédération de l’industrie indienne organisée par Exim-Bank Inde, qui a débuté le mercredi 14 juin dernier.

Au cours de cette séance, la délégation congolaise conduite par Vital Kamerhe, Vice-premier ministre en charge de l’économie nationale a fait un véritable marketing économique du pays, basée sur la vision du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, celle d’améliorer le climat des affaires, un des critères importants pour l’attraction des investissements en RDC.

 »De par sa position stratégique, la République Démocratique du Congo est appelée à jouer le rôle intégrateur du développement de l’Afrique. Mon pays est aussi membre de plusieurs organisations économiques régionales africaines », a-t-il fait savoir avant de renchérir.

 »Dans le domaine de la pêche, mon pays compte plusieurs lacs et rivières très poissonneux, dont le potentiel halieutique est estimé à plus de 700 mille tonnes/an. Il renferme également 53% d’eaux douces de l’Afrique et en est la deuxième réserve mondiale après le Brésil »

Devant plusieurs hommes d’affaires Indiens œuvrants dans les 4 coins du monde, Kamerhe n’a pas hésité à dresser un tabloïd sur plusieurs opportunités d’investissement qu’offre la RDC dans différents secteurs, notamment celui des mines, qui souffre encore d’un manque d’investissement profitable aux congolais.

 » Cette richesse du sous-sol de la RDC est à la base des différentes crises et guerres qui secouent mon pays, dans sa partie orientale. Ces crises tirent leurs origines notamment dans l’inadéquation entre les richesses que le pays regorge et la faiblesse des investissements. Le gouvernement de la République est fermement déterminé à mettre fin à cette guerre et à créer des conditions propices pour les affaires » a souligné Vital Kamerhe.

Par ailleurs, le Vice Premier Ministre, Ministre de l’Économie Nationale Vital Kamerhe a touché également le secteur des hydrocarbures et des énergies renouvelables que le pays regorge et d’une grande réserve de pétrole presque inexploité.

 »Concernant les hydrocarbures, la RDC renferme trois bassins sédimentaires ouverts à l’exploration qui sont respectivement positionnés à l’ouest du pays, le long de l’océan Atlantique, au centre dans la cuvette centrale et à l’Est dans le graben Albertine ainsi que dans le graben Tanganyika. Quant à l’énergie propre et renouvelable, la RDC dispose également d’un potentiel de 100 mille MW d’énergie hydroélectrique dont 44 mille MW dans le seul site d’Inga proche de l’embouchure du fleuve Congo » a-t-il fait savoir.

Signalons qu’après ce discours magistral, plusieurs hommes d’affaires ont manifesté leur intérêt sur les opportunités dans l’un ou l’autre secteur. L’échange qui a suivie a permis de rassurer les différents chefs d’entreprises présents dans la salle quant à leurs inquiétudes d’aller investir en RDC.

Blanchi Lungala M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *