Des questions qui se posent, et reste sans réponse. Le lundi 15 novembre dernier, le procès prétendu détournement des fonds alloués dans le projet bukanga lonzo prend dont le premier ministre honoraire, le sénateur Augustin Matata Ponyo prend une autre tournure…

L’un des plus grands doctrinaire que connaît la République démocratique du Congo, le professeur Nyabirungu met chaos le procureur général près la cour constitutionnelle.

Pas d’autres chemins, après la démonstration de force du professeur Nyabirungu, la cour et toute sa composition se dessaisi de l’affaire et se déclare incompétente, le dossier est donc clos, en attendant la réorientation par le ministère public de cette action.

Il sied de noté cependant que devant les juges de la cour constitutionnelle lors du procès précédent, des exceptions avaient été soulevées sur la forme notamment l’incompétence de la cour constitutionnelle à connaître la cause, l’irrecevabilité de l’action du ministère public mais également la surseance du dossier.

Et d’après le professeur Raphaël Nyabirungu , seul le président de la République et le premier ministre en fonction sont justifiables devant cette cour. En dépit de cet argumentaire, la cour constitutionnelle tenait mordicus à juger l’ancien premier ministre Matata PONYO et plusieurs personnes ignoraient le pourquoi de cet acharnement.

Marlène Yaute

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *