4 minutes 1 semaine

La force militaire de la République démocratique du Congo a renforcé sa mobilité et sa puissance de feu en se procurant des véhicules blindés auprès du turc Katmerciler. Le constructeur turc de véhicules blindés Katmerciler a récemment finalisé un contrat de plusieurs dizaines de millions de dollars avec Kinshasa, bloqué depuis 2020.

Depuis 2020, le gouvernement congolais attend la livraison de véhicules blindés de Katmerciler pour alléger la pression sur l’armée, qui a besoin de matériel dans sa lutte contre les rebelles du M23 dans l’est du pays.

Estimé à 75 millions $ pour 185 Hizir MRAP, ce contrat, longtemps retardé par divers obstacles, améliorera les chances de Kinshasa face aux groupes rebelles qu’elle combat.

Le Hizir est entré en service dans l’armée turque. Il peut transporter neuf personnes, dont le chauffeur et le commandant. Le véhicule a un poids brut de 16 tonnes et possède une coque en V pour la protection contre les mines terrestres et les engins explosifs improvisés. Il est propulsé par un six cylindres diesel Cummins développant 400 ch, offrant une vitesse de pointe de 110 km/h et une autonomie de 700 kilomètres.

Le Hizir peut être construit dans un certain nombre de configurations, notamment le combat, le commandement et le contrôle, le CBRN, le porte-armes, l’ambulance, la reconnaissance et la sécurité des frontières. Il peut être équipé d’une tourelle Aselsan SARP équipée de mitrailleuses ou d’un lance-grenades automatique.En Afrique, le véhicule est déployé par la Gambie avec 22 unités acquises en 2022, le Kenya qui en a acquis 118 unités en 2021 et l’Ouganda avec au moins 15 unités commandées en 2020.

Pendant ce temps, la République démocratique du Congo (RDC) a connu la plus forte augmentation de son budget militaire au monde, soit 105 %, alors que ce pays d’Afrique centrale lutte contre de multiples menaces à sa sécurité. L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), dans un nouveau rapport sur les dépenses militaires mondiales, a constaté que la RDC a connu la plus forte augmentation en pourcentage des dépenses militaires – 105 % – de tous les pays en 2023 – soit même plus que l’Ukraine.Il y a eu et il y a encore un conflit prolongé entre le gouvernement et les groupes armés non étatiques dans ce pays d’Afrique centrale, avec environ 200 milices et groupes armés opérant dans la région, ainsi que les rebelles de Red Tabara visant à déstabiliser le Burundi voisin.

En 2023, la République démocratique du Congo (RDC) a considérablement augmenté ses dépenses militaires, pour atteindre 794 millions de dollars. Cette augmentation des dépenses s’est produite parallèlement à des tensions accrues avec le Rwanda, à une augmentation des affrontements avec des groupes armés non étatiques et aux efforts du gouvernement de la RDC pour renforcer ses forces armées. Notamment, la mission de maintien de la paix à grande échelle des Nations Unies dans le pays est remplacée par la mission de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) au Mozambique (SAMIDRC), qui comprend des troupes sud-africaines.

L’Afrique du Sud est devenue un fournisseur important de la République démocratique du Congo (RDC). Le groupe Paramount a livré 25 véhicules blindés de transport de troupes (APC) Maatla à la police de la RDC en 2023, ainsi que 20 APC Mbombe 4 à l’armée de la RDC. De plus, la RDC acquiert six plateformes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) Mwari auprès de Paramount.

Avec Military.africa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *