3 minutes 2 semaines

Cinq jeeps appartenant à l’ONG Tearfund ont été incendiées la nuit dernière par des jeunes se réclamant « jeunes vigilants » dans la localité de Kivunano, en territoire de Lubero (Nord-Kivu). Selon des sources locales, les véhicules humanitaires tentaient de quitter la zone en raison de l’avancée des rebelles du M23, qui menacent la sécurité de la population.

Craignant pour l’avancée de la coalition M23_RDF_AFC, des jeunes de Lubero passent la nuit dans différents axes routiers où ils ont érigé des checkpoint pour sécuriser selon eux leur milieu. Ils ont accusé Tearfund de collaborer avec les rebelles, une allégation que l’ONG a fermement démentie. Le sort des passagers n’est pas jusque là connu.

Contacter par votre rédaction Tearfund a déclaré que ces véhicules humanitaires quittaient la ville de Lubero en direction de Beni en passant par Butembo lorsqu’ils ont été attaqués au niveau de la localité de Kavunano. Le déplacement de ces véhicules était dans le but de s’éloigner de la menace du M23 qui avance vers Butembo.

L’incident a provoqué la consternation au sein de la communauté humanitaire, qui craint que cela n’ait un impact négatif sur la fourniture d’aide aux populations dans le besoin. Les organisations humanitaires ont appelé les autorités à mener une enquête approfondie sur l’incident et à traduire les auteurs en justice.

Contexte Sécurité

La région de Lubero est en proie à une nouvelle vague de violence depuis l’offensive lancée par le M23 en mai dernier. Les combats ont provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes et aggravé la situation humanitaire déjà précaire dans la région.

Les organisations humanitaires ont du mal à accéder aux populations dans le besoin en raison de l’insécurité croissante. Les attaques contre les travailleurs humanitaires et les véhicules humanitaires sont devenues plus fréquentes ces derniers mois. Les acteurs internationaux ne cesse également d’appelé à la protection des civils et des travailleurs humanitaires dans la région.

L’incident de Kivunano est un rappel tragique des dangers auxquels sont confrontés les civils et les travailleurs humanitaires dans les zones de conflit. Il est urgent que toutes les parties prenantes prennent des mesures concrètes pour protéger les populations vulnérables et garantir l’accès à l’aide humanitaire.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *