Il s’agit plutôt des corps de victimes civiles massacrés le 16 février 2024 dans le territoire de Djugu, dans la province de l’Ituri, en République démocratique du Congo.

Ce post sur X (anciennement Twitter) montrant des hommes en tenue militaire en train de déterrer les corps sans vie dans une fosse et affirmant qu’il s’agit d’images du  » récent crime perpétré par le rebelle Nangaa et ses collègues du M23/RDF à Ruthshuru, “, est FAUX.

La publication a été faite par Cam Info, un compte dont le nom résonne comme un diffuseur d’informations, tandis que la description sur X renseigne qu’il s’agit d’un “Ingénieur en informatique”.

Après nos recherches sur l’authentification de cette image, en utilisant la recherche inversée d’image, nous avons constaté que, contrairement à ce qui est écrit dans le post que nous vérifions, ces personnes n’étaient pas massacrées par Corneille Nangaa et ces alliées dans le Nord-Kivu, mais plutôt par les rebelles du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (CODECO), dans la province de l’Ituri le vendredi 16 février 2024, précisément dans le village Tali-Singo, une entité de la chefferie de Bahema-Nord en territoire de Djugu.

Ces civils étaient capturés par ces miliciens et enterrés vivant dans une fosse commune alors qu’ils revenaient d’un lieu de deuil à Katoto, une entité proche de la ville de Bunia. La cérémonie officielle de l’inhumation des ces victimes a eu lieu le vendredi 01 mars 2024 dans le village de Katoto en territoire de Djugu.

PHOTO 3 (Image de l’inhumation officiel des victimes et un lien de support d’un journaliste de l’Ituri qui a posté sur x les images de l’inhumation officiel)

Il faut signaler que ces civils tués à Tali-Singo ont été au nombre de 29 mais seuls 15 corps ont été retrouvés. Ces derniers ont été enterrés vivants dans une fosse commune dans laquelle ils ont perdu la vie, selon la révélation des familles victimes. La chefferie de Bahema Nord a été la première entité coutumière à avoir enregistré une attaque de la CODECO ciblant un site de déplacés en novembre 2021.

Là-bas, plus de 25 civils y ont été tués par machette et arme à feu, d’autres brûlés vifs. Par ailleurs Corneille Nangaa est un chef rebelle, Fondateur et Coordinateur du groupe armé L’Alliance fleuve Congo AFC, une coalition politico-militaire actif dans la province du Nord-Kivu et allié de la rébellion du Mouvement du 23 Mars (M23), une rébellion soutenus vers la fin de 2023 et le début 2024, par le Rwanda, le M23 attaque dans le territoires de Nyiragongo et le Masisi, à proximité de la ville de Goma, ce qui provoque plusieurs déplacements de la population.

Les combats opposent les combattants du M23 à des groupes armés se disant patriotes congolais, les wazalendo et les forces armées de la RDC (FARDC).Corneille Nangaa est aussi le président honoraire de la Commission Électorale Nationale Indépendante CENI-RDC entre 2015 et 2021.

Nous avons vérifié ce post affirmant que ces personnes tuées sont les victimes des récents crimes perpétrés par Corneille Nangaa et ses alliées du M23 dans le Nord-Kivu et l’avons trouvé FAUX.

By Picard Luhavo

Je suis journaliste reporter et Fact-Checkeur basé en République démocratique du Congo dans la province de l'Ituri à Bunia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *