L’ONU s’interroge sur la façon de faire face aux menaces des terroristes et des groupes armés sur le continent africain et comment remplacer les casques bleus, alors que la RDC réclame fermement un début de retrait de la Monusco dès ce mois de décembre.

La question était au cœur de la septième conférence des relations entre les Nations unies et l’Union africaine (UA) après que les deux institutions aient signé un accord de respect des droits de l’homme.

Selon ces deux institutions, l’Union africaine et de l’ONU, les missions de maintien de la paix telles qu’elles ont été imaginées il y a des décennies ne sont plus pertinentes pour répondre à la violence croissante sur le terrain.

a dit Moussa Faki, le président de la Commission de l’Union africaine.

A lui d’ajouter

Mais, dit-il encore

La question du financement retient les cinq membres permanents à New York qui ne voient pas d’un bon œil les retraits trop « anticipés » des casques bleus. Pourtant, Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, l’assure : l’Union africaine est capable de mener à bien ces missions. 

Les règles de conformité que l’Union africaine a établies sont parfaitement compatibles avec les nôtres, souligne-t-il. Et l’accord que nous avons conclu aujourd’hui sur les droits de l’homme est une garantie supplémentaire que nous pouvons faire confiance à l’Union africaine pour organiser des opérations efficaces de maintien de la paix en Afrique.

Rédaction

By Picard Luhavo

Je suis journaliste reporter des images basé en République démocratique du Congo dans la province de l'Ituri à Bunia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *