3 minutes 6 jours

Le président de la commission de discipline et d’éthique de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) au Nord-Kivu, Valéry Mukosasenge, a tenu une conférence de presse ce mercredi 10 juillet pour s’exprimer sur l’adhésion de deux anciens journalistes au mouvement rebelle M23.

M. Mukosasenge a précisé que les deux individus en question, Magloire Paluku et Delio Kimbulumbu, n’étaient plus des journalistes actifs au moment de leur adhésion au M23. Il a souligné que Magloire Paluku avait déjà quitté le monde du journalisme pour travailler à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), tandis que Delio Kimbulumbu était membre de l’Union pour la nation congolaise (UNC), le parti politique de Vital Kamerhe, avant de rejoindre le M23.

Le président de la commission de discipline et d’éthique de l’UNPC a donc décliné toute responsabilité de l’organisation dans cette affaire. Il a déclaré que l’UNPC ne cautionne en aucun cas l’adhésion de ses membres à des groupes armés, et qu’elle continuera à défendre la liberté de la presse et la sécurité des journalistes en République démocratique du Congo.

Cette déclaration de l’UNPC intervient après que des informations aient circulé sur l’atterrissage à Entebbe, en Ouganda, de six nouveaux adhérents au M23, dont Magloire Paluku et Delio Kimbulumbu. Ces informations avaient été relayées par des sources à Kampala et avaient suscité l’inquiétude de la communauté des journalistes en RDC.

L’adhésion de ces deux anciens journalistes au M23 est un sujet préoccupant qui met en lumière les dangers auxquels sont confrontés les professionnels des médias en RDC. Il est important que les autorités congolaises prennent des mesures pour protéger les journalistes et garantir leur sécurité dans l’exercice de leur métier.

En plus de la déclaration de l’UNPC, d’autres organisations de défense des droits de l’homme ont également condamné l’adhésion de Magloire Paluku et Delio Kimbulumbu au M23. Elles ont appelé à une enquête indépendante sur cette affaire et à des sanctions contre les responsables du recrutement de journalistes par des groupes armés.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *