3 minutes 6 jours

Malgré l’observation d’un cessez-le-feu par les FARDC, les rebelles du M23-RDF continuent leur offensive dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Ce mercredi 10 juillet, ils ont pris le contrôle du village de Nyange, dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu.

Selon des sources locales, les combats ont éclaté tôt le matin dans les villages de Nyange et Bibwe. Les rebelles du M23, qui ont lancé l’attaque, ont réussi à déloger le groupe armé des jeunes résistants Wazalendo de l’Alliance des nationalistes congolais pour la défense des droits humains (ANCDH) du général autoproclamé Jean-Marie Bonane.

Les combats se sont poursuivis dans l’après-midi autour de la localité de Bibwe, à 4 kilomètres au-delà de Kitso. Les rebelles cherchent ainsi à prendre le contrôle de la cité de Masisi Centre.Cette nouvelle offensive du M23-RDF intervient alors qu’un cessez-le-feu avait été signé par les deux parties en guerre. Des observateurs indépendants dénoncent une violation unilatérale de la trêve humanitaire par la rébellion et appellent à de nouvelles sanctions.

Cette situation est source de vive préoccupation pour la population civile, qui est déjà durement touchée par le conflit. Les combats provoquent des déplacements massifs et privent les populations de l’accès aux services essentiels.

Il est important que la communauté internationale continue à faire pression sur les parties en conflit pour qu’elles respectent le cessez-le-feu et s’engagent dans des négociations de paix sérieuses. Il est également important de soutenir les efforts humanitaires pour venir en aide aux populations affectées par le conflit.

Le M23-RDF est un groupe rebelle soutenu par le Rwanda, qui est accusé de nombreuses violations des droits humains.Les FARDC, l’armée congolaise, ont également été accusées de violations des droits humains, mais dans une moindre mesure. Le conflit dans l’est de la RDC a déjà fait des dizaines de milliers de morts et plus d’un million de déplacés. La communauté internationale a appelé à maintes reprises à un cessez-le-feu et à des négociations de paix, mais sans succès jusqu’à présent.

Il est crucial que la communauté internationale continue à se mobiliser pour mettre fin à ce conflit meurtrier et apporter une solution durable à la crise dans l’est de la RDC.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *