L’ONG « Femme Mains dans la Main pour le Développement Intégral (FMMDI) précise qu’il est urgent de stopper les marches de santé organisées par les jeunes vacanciers à Kananga. Les rebondissements de ces marches sont de plus en plus préoccupants et mettent en danger la sécurité et le bien-etre des jeunes participants.

Selon la FMMDI ces marches de santé se déroulent très tot vers 03h dans des endroit dangereux et sans surveillance, ce qui expose les jeunes à de nombreux risques.

La ville de Kananga est actuellement confrontée à une recrudescence de l’insécurité, avec des cas de vols, d’agressions et même d’enlèvements signalés régulièrement. Les autorités locales ont du mal à assurer la sécurité des habitants, et cette situation préoccupante ne fait qu’aggraver les craintes concernant la sécurité des jeunes participants aux marches de santé.

L’ONG FMMDI exhorte les responsables locaux à prendre des mesures concrètes pour garantir la sécurité des enfants et des jeunes au Kasai-Central. Nathalie Kambala directrice pays de FMMDI souligne que ces marches de santé, bien que louables dans leur intention de promouvoir la santé et le bien-etre, doivent être organisées de manière sécurisée et encadrée.

D’autre part, cette pratique soulève également des questions quant à la santé des jeunes. Se lever aussi tot chaque samedi matin peut perturber leur rythme de sommeil et entrainer une fatigue accrue. Sans encadrement médical adéquat, ces marches de santé peuvent finalement avoir des effets néfastes sur la santé des participants.

Il est donc essentiel que les autorités locales prennent ce cri d’alarme au sérieux et prennent des mesures pour garantir la sécurité et le bien-être des jeunes. Nathalie Kambala propose de mettre de cette marche à des heures telle que 06h ,07h au lieu de 03h comme font ces jeunes gens et placé des itinéraires sécurisés, avec la présence de policiers ou d’agents de sécurité, pour permettre aux jeunes de marcher en toute tranquillité.

« Il est primordial de sensibiliser les jeunes et leurs parents sur les risques liés à ces marches de santé non encadrées et de prendre des mesures pour garantir leur sécurité. La santé et le bien-être des jeunes doivent être une priorité pour la communauté et les autorités locales » ajoute Nathalie Kambala

Pascaline Milemba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *