4 minutes 3 semaines

Près d’une décennie après l’émergence des Allied Democratic Forces (ADF) dans la région de Beni, au Nord-Kivu, les populations continuent de subir les affres de ce groupe terroriste. Malgré les multiples opérations militaires menées par les forces de l’ordre, le bilan reste décevant et les violences persistent.

Le média en ligne Tazamardc.net s’est penché sur les causes profondes de cette situation qui plonge la région dans un cycle infernal de tueries.

Manque de contrôle et d’évaluation des opérations militaires

Contacter par Tazama.net un média du Nord-Kivu, Benjamin Asimoni, responsable de l’organisation « Jeunes Patriotes Consolidateurs de la Paix », précise que, l’absence de suivi et de contrôle des opérations militaires est l’un des facteurs clés de la persistance des massacres.

déplore-t-il.

Cette situation laisse libre cours aux dérives et à la corruption, certains officiers détournant leur mission pour s’adonner à l’exploitation illégale des ressources naturelles, en collaboration avec les rebelles.

Politisation des tueries et manipulation des communautés

La politisation des tueries par les acteurs politiques constitue un autre obstacle à la résolution du conflit. La recherche de gains politiques et de leadership démesuré détourne les efforts de la recherche de solutions durables.

explique Benjamin Asimoni.

Cette manipulation des communautés les rend vulnérables aux attaques des ADF et entrave la lutte contre le terrorisme.

Détournement des moyens et main-d’œuvre militaire

Maître Pépin Kavotha, Président de la société civile de Beni, met en lumière un autre facteur aggravant : le détournement des moyens affectés aux opérations militaires.

, dénonce-t-il.

Cette utilisation abusive des ressources et de la main-d’œuvre militaire affaiblit les efforts de lutte contre les ADF et expose davantage les populations civiles.

Hospitalité de la RDC et absence d’autorité de l’État

Maître Fabrice Mulwahali, avocat, pointe du doigt l’hospitalité de la RDC et l’absence d’autorité de l’État comme facteurs contributifs à l’insécurité à Beni. L’accueil des rebelles ADF sur le sol congolais après leur défaite en Ouganda s’est avéré une erreur fatale.

affirme-t-il.

L’absence d’un système de défense adéquat et d’un plan de défense permanent a également fragilisé le pays face aux menaces internes. La situation à Beni met en lumière les failles profondes du système sécuritaire congolais.

L’absence de contrôle, la corruption, la politisation des tueries et le détournement des ressources constituent des obstacles majeurs à la résolution du conflit. Pour mettre fin à ce cycle de violence, il est impératif de s’attaquer à ces causes profondes et d’instaurer une gouvernance responsable et transparente. La communauté internationale a également un rôle crucial à jouer en soutenant les efforts du gouvernement congolais et en faisant pression pour une résolution pacifique du conflit.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *