3 minutes 1 semaine

Le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC) ont annoncé le début de discussions directes pour résoudre la crise qui sévit dans l’est de la RDC. L’annonce a été faite par le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, à l’issue d’une réunion à Zanzibar, en Tanzanie.

La réunion, qui a eu lieu en marge de la retraite ministérielle de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), a été facilitée par la Tanzanie et le Soudan du Sud, les deux coprésidents de la retraite. Les ministres de l’Ouganda et du Kenya, ainsi que le secrétaire général adjoint de l’EAC chargé des affaires politiques, étaient également présents.

Selon M. Biruta, la réunion s’est déroulée dans un « esprit constructif et orienté vers des solutions« . Les ministres des deux pays voisins ont fait preuve de « bonne volonté » et ont souligné la nécessité d’une « solution politique à la crise« .

Des « décisions concrètes » ont été prises pour relancer les processus de paix de Luanda et de Nairobi, deux initiatives visant à mettre fin aux violences dans l’est de la RDC.

Cette annonce est une première étape positive vers la résolution de la crise, qui a déjà fait des milliers de morts et de déplacés. Il reste encore beaucoup à faire, mais le dialogue direct entre le Rwanda et la RDC est un élément essentiel du processus de paix.

La plupart des observateurs ont salué l’annonce du début des discussions directes entre le Rwanda et la RDC.

a déclaré un analyste politique rwandais.

Certains observateurs ont toutefois averti qu’il ne suffisait pas de simplement parler.

a déclaré un activiste de la société civile congolaise.

Un processus long et difficile La résolution de la crise dans l’est de la RDC sera un processus long et difficile. Il faudra beaucoup de volonté politique et de compromis de la part des deux parties. Mais le début des discussions directes est un signe d’espoir que la paix peut finalement être atteinte.

L’annonce du début des discussions directes entre le Rwanda et la RDC est une première étape positive vers la résolution de la crise dans l’est de la RDC. Il reste encore beaucoup à faire, mais le dialogue direct est un élément essentiel du processus de paix.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *